10 fauteuils incontournables pour ta culture design !


Tu t’es déjà retrouvé coincé au milieu d’une conversation avec tes potes en design sans pouvoir en placer une ? Envie d’en connaître un peu plus sur les meubles qui ont marqué l’histoire ? On a décidé de faire un petit état des lieux avec 10 fauteuils incontournables si tu veux assurer en parlant de mobilier.

Lounge chair – Charles and Ray Eames

Conçu en 1956, le Lounge Chair est l’une des plus célèbres réalisations de Charles and Ray Eames. Avec cette création, le couple réinterprète le traditionnel fauteuil club anglais, lui donnant « l’aspect chaud et l’attrait d’un gant de baseball usé de première base ». Distribué par l’américain Herman Miller et plus récemment par Vitra, le Lounge Chair reste encore aujourd’hui l’une des pièces de mobilier design haut de gamme la plus populaire et la plus vendue.

Lounge Chair – 1956

Paulistano – Paulo Mendes Da Rocha

Le fauteuil Paulistano a été conçu en 1957 par l’architecte Paulo Mendes da Rocha pour meubler les salons du club d’athlétisme de São Paulo. Avec seulement 350 exemplaires produits, il fut longtemps réservé à quelques chanceux collectionneurs avant d’être réédité en 2005 par la société Objekto. Le concept constructiviste du fauteuil, composé d’une seule barre d’acier pliée, lui procure une pureté et une légèreté incomparable. 

Plastic armchair – Charles and Ray Eames

C’est probablement le fauteuil le plus caractéristique du style Eames. « Rendre le meilleur accessible au plus grand nombre », c’est ainsi que le couple décrit son objectif en matière de mobilier. En recherche permanente de matériaux alternatifs pour tendre vers leur objectif, ils découvrent la résine de polyester renforcée de fibre de verre en 1940. Malléable, solide et propice à l’exploitation de masse, la résine donne naissance à la « coque A », future assise de la plastic armchair.

Après une première présentation au concours « Low cost furniture design » organisé par le Museum of Modern Art en 1948, ils se lancent dans la production à grande échelle. En 1950, le fauteuil fait son entrée dans les vitrines en tant que premier siège en plastique produit en série.

A lire aussi :  Quand le street art s'intègre à la nature

Egg – Arn Jacobsen 

Imaginé par l’architecte et designer danois Arn Jacobsen, ce fauteuil fascine toujours autant bientôt 60 ans après sa création. Dessiné en 1958 pour le Royal Hotel de Copenhague, sa notoriété traverse rapidement les portes de l’établissement au point de devenir un symbole de son époque. Son volume imposant et sa forme charismatique procurent un semblant d’intimité à son occupant qui ne peut laisser indifférent. Entièrement réalisé à la main, il peut être recouvert de cuir ou de tissu.

Wassily – Marcel Breuer

A sa sortie en 1925, le Wassily fait l’effet d’un véritable ouragan méthodique et esthétique. Première création de Marcel Breuer, le Wassily innove dans sa catégorie en refusant de dissimuler son armature derrière des coussins ou quelques revêtements. Inspiré de la structure d’un vélo, le fauteuil utilise pour l’ossature le même acier tubulaire qu’un guidon, sur laquelle est tendue des bandes de cuir. Un concept qui peut paraître anodin mais qui bouleversa les codes du design.

Mushroom – Pierre Paulin

Dessiné par le designer français Pierre Paulin, le mushroom est résolument un emblème des années 60. Simple, coloré et fonctionnel, il est réalisé à partir d’une nouvelle technique de fabrication. Un cadre métallique est recouvert de mousse, sur lequel s’enfile une housse de jersey sans coutures, qui lui donne son aspect lisse et sans aspérités. Avec ses formes originales et son regard audacieux, Pierre Paulin marquera définitivement le mobilier des années 60 et le design du XXème siècle.

 

Ball chair – Eero Aarnio

Conçu en 1962, le ball chair est l’icône incontestée des années 60. Le designer finlandais Eero Aarnio a réussi le pari difficile d’assurer un réel confort dans une forme sphérique dont les dimensions respectent la largeur d’une porte. Le fauteuil transporte et fait rêver. Impossible de s’y asseoir sans s’imaginer dans un film de Jacques Tati ou une scène de Men In Black. Fabriqué à partir de fibre de verre, la coque blanche contraste parfaitement avec l’intérieur coloré du cocon.  Il imprègne toute pièce d’une ambiance vintage et moderniste, comme une vision passé d’un futur fantasmé.

A lire aussi :  Ozmo : street art et créations indoor

 

LC3 Grand Confort – Le Corbusier

Légende internationale de l’architecture, Le Corbusier est également un designer de génie. En 1927 il collabore avec Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand. A partir d’une réflexion sur les différentes postures du corps humain, le groupe donne naissance en 1928 au « Grand Confort ». Composé de  seulement 4 puissants coussins autonomes maintenus par une structure en acier chromé, le Grand confort est un classique absolu du design. 

Diamond – Harry Bertoia

Italien naturalisé américain, Harry bertoia pratique à la fois la sculpture et le design. Deux univers qui vont influencer mutuellement son œuvre. La Diamond chair, sortie 1952 en est l’illustration parfaite. Une approche sculpturale du design et un fauteuil composé de fils d’acier tressés qui semble traversé par l’espace.

Diamond – 1952

 

Barcelona – Ludwig Mies Van der Rohe

“Il est presque plus facile de construire un gratte-ciel qu’une chaise” disait l’architecte Ludwig Mies Van der Rohe. Mandaté par le gouvernement allemand, il conçoit à l’origine ce fauteuil pour représenter son pays à l’exposition universelle de Barcelone en 1929. Depuis sa création, le Barcelona est un ovni du design qui traverse les modes et les époques. Ses traits minimalistes et sa structure métallique réalisée de façon à faire disparaître les soudures, font figures de référence dans la création de mobilier design.

 

+ There are no comments

Add yours