Art Paris Art Fair fête ses 20 ans au Grand Palais


Foire alternative à la FIAC devenue au fil des années une réelle référence en Europe, Art Paris Art Fair fête ses 20 ans sous la coupole du Grand Palais. Une occasion unique de partir à la découverte d’une vision multiple de l’art contemporain présentée par plus de 140 galeries issues de 22 pays. Tour d’horizon rapide de nos coups de coeur sur lesquels nous reviendrons plus en détails dans les semaines à venir. 

Pour son vingtième anniversaire, Art Paris Art Fair a vu les choses en grand en effectuant un focus sur l’art contemporain européen de l’après-guerre à nos jours. D’où une très bonne représentation des artistes français, qui s’explique également par le fait que de nombreuses galeries de la foire restent parisiennes, mais également des artistes suisses car la Suisse est l’invitée d’honneur de cette édition. L’historienne de l’art Karine Tissot, commissaire de cette exposition Helvète, a voulu confronter les différentes générations et représenter au mieux la diversité de cette scène artistique très riche. De notre côté, nous avons été particulièrement marqués par le mur monumental les « Choses humaines » de Christian Gonzenbach qui interroge le rapport de l’homme aux objets.

A Hunter’s Collection était parmi les « Choses Humaines » ©Christian Gonzenbach

Si les artistes français et européens sont à l’honneur, nous avons également fait de belles découvertes dans les galeries internationales. On peut notamment citer le travail du photographe japonais Kazz Morishita ou les installations interactives du chinois Yang Yongliang mêlant dessins et vidéos (vidéo ci-dessous). Alors que de loin nous avons l’impression de contempler un paysage idyllique, plus nous nous rapprochons et nous constatons qu’il s’agit en fait d’un véritable chaos urbain. Une oeuvre témoin de l’engagement écologique des jeunes chinois et une preuve supplémentaire que l’art asiatique va continuer à s’internationaliser et influencera de plus en plus la scène mondiale.

L’art contemporain européen de l’après-guerre à nos jours

Parmi nos coups de coeur européens, nous pouvons vous parler du Janus de Miguel Chevalier. C’est une sculpture réalisée en sable de silice et en résine à l’impression 3D. Afin d’illustrer ce dieu ambivalent, elle est constituée de deux visages opposés l’un à l’autre et adopte un aspect pixellisé évoquant notre société toujours plus digitale. Evidemment, le street-art n’était pas oublié avec la présence d’oeuvres nouvelles de Blek le Rat spécialement dédiées aux galeries. Nous vous parlerons prochainement des sculptures bi-matières de Vera Röhm qui se font rencontrer nature et industrie ou encore des photographies provocatrices de Robert Gligorov sur les plateau de limoges qui rejoignent les dessins du sud-africain Anton Kannemeyer.

Sculpture de Janus, ici en noir ©Miguel Chevalier

In Heaven ©Anton Kennemeyer

Ergänzung, 2006, bois d’orme, plexiglas, base en métal, pièce unique, 115 x 5,2 x 5,2 cm ©Vera Röhm

C’est avec plaisir que nous retournerons l’année prochaine à la 21ème édition d’Art Paris Art Fair en espérant y trouver de nouveau des médiums innovants et multi-thématiques.

+ There are no comments

Add yours