Auguste Perret : le père du béton armé


Au début du 20ème siècle, Auguste Perret est l’un des premiers architectes à introduire le béton armé dans ses constructions. Par le biais de son entreprise, il obtiendra une reconnaissance immédiate grâce au théâtre des champs Elysées. Après la seconde guerre mondiale vient la période de la reconstruction de la France, Auguste Perret va alors réaliser son chantier majeur : rebâtir le centre-ville du Havre sur une surface d’environ 150 hectares. Une ville qui n’a pourtant pas vraiment très bonne réputation pour la beauté de son architecture chez certaines personnes.

Théâtre des Champs Elysées Auguste Perret

Façade du Théâtre des Champs Elysées, Avenue Montagne, Paris

Faire du beau avec du banal

C’est le grand combat professionnel d’Auguste Perret : réussir à produire du beau grâce au béton armé, un matériau jugé pauvre et banal. Le postulat théorique est très puissant. Ce n’est pas le fait d’utiliser une matière première rare comme le marbre qui implique forcément d’avoir un résultat esthétique. L’action de l’homme par son travail est primordiale. Perret aura d’ailleurs ces paroles :

« Mon béton est plus beau que la pierre. Je le travaille, je le cisèle, j’en fais une matière qui dépasse en beauté les revêtements les plus précieux. »

Cet impératif répond aussi à une volonté pratique. Les politiques doivent faire face à un territoire dévasté par la guerre, si le plan Marshall vient d’entrer en vigueur, ils doivent tout de même composer avec des ressources limitées. Auguste Perret leur offre un compromis efficace grâce à son architecture peu coûteuse et minimaliste, tout en bénéficiant déjà d’une solide réputation. Minimaliste car l’architecte français se bat contre l’art nouveau, adepte des ornements et décorations en tous genres pour se démarquer de l’industrialisation de masse galopante.

Auguste-Perret Eglise Saint-Joseph du Havre

Eglise Saint-Joseph du Havre

Auguste-Perret Hôtel de Ville du Havre

Hôtel de Ville du Havre

Auguste-Perret Maison d'armateur au Havre

Intérieur d’une maison d’armateur au Havre

Une influence résolument classique

Il reste que la tentative de donner des lettres de noblesse au béton a été un échec relatif dans la réalité, même si les organisations culturelles ont opéré un vaste mouvement de reconnaissance des oeuvres de Perret. Le centre-ville du Havre est ainsi inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO :

« Parmi les nombreuses villes reconstruites, Le Havre est exceptionnel pour son unité et son intégrité, associant un reflet du schéma antérieur de la ville et de ses structures historiques encore existantes aux idées nouvelles en matière d’urbanisme et de technologie de construction. »

Auguste Perret nous a livre un autre héritage en redonnant de la vigueur à l’architecture classique. Le Palais d’Iéna, actuel siège du Conseil économique, social et environnemental, en est un très bon exemple. Tout n’est que ordre et organisation rationnelle dans ce bâtiment parisien, alliés à la mise en place des techniques modernes de la construction. Auguste Perret est donc très loin d’être un architecte à dénigrer, mais plutôt à saluer pour la remarquable cohérence de son oeuvre.

Auguste-Perret palais d'iéna paris

Palais d’Iéna, Paris

 

Auguste-Perret-Palais-Iena-2

Palais d’Iéna, Paris

 

Auguste-Perret-ecole-normale-de-musique-paris

Ecole Normale de Musique, Paris

 

+ There are no comments

Add yours