Chi Modu, photographe du hip hop – From the Street #07


Quel est le point commun entre Notorious big, Tupac Shakur, Eazy-E ou encore Mobb Deep ? Ils ont tous été photographiés par Chi Modu. A plus de 50 ans, il est sans aucun doute l’un des photographes les plus emblématiques du Hip-hop des années 90.

Né au Nigéria, il grandit loin de sa famille dans le New Jersey. Il rejoint plus tard les bancs de l’International Center of Photography à New York, qu’il quitte en 1990. A l’époque, le Hip-hop est encore très loin de l’industrie lucrative d’aujourd’hui. Il accepte pourtant un job chez The Source, le premier magazine entièrement dédié à la culture Hip-hop. Grâce à de solides bases en photographie, Chi Modu souhaite appliquer au Hip-hop toute la rigueur et les codes du photojournalisme. Dans son travail, il cherche en permanence à mettre de côté l’apparence pour montrer la personnalité.

Tupac Shakur – Atlanta, GA 1994

Photographe de talent, Chi Modu bénéficie d’un également d’un sérieux avantage : son capital sympathie. Avec The Source, il côtoie les plus grands noms du Hip-hop. Durant ces années qu’il nomme lui même « the defining years », il est devenu l’acolyte de ses sujets, notamment de Tupac, qu’il suivra jusqu’à sa mort. Une proximité qui lui a permis de sortir quelques uns des meilleurs clichés des pionniers du mouvement. En définitive, Chi Modu c’est 33 couvertures de The Source et plusieurs pochette d’album dont The Infamous de Mobb Deep ou Doggystyle de Snoop Dogg.

A lire aussi :  De fascinantes photographies de la Chine post-industrielle par Zhang Kechun

On vous laisse (re)décourvir quelques uns des ses meilleurs clichés.

“People are best in photographs when they are really true to who they are. These days, some artists are more about their brand than who they are. But, brands don’t live. People live. Even within your brand you have to let some of who you are out. Look at Tupac, he is vulnerability and strength. That’s why he stays. It can’t just be every picture at the after party tossing money and opening a bottle. That’s actually boring. You have to give more to keep your audience’s attention.”

 

 

+ There are no comments

Add yours