70e édition du Festival de Cannes : entre exigence, stars et… controverses !


Dans quelques jours, le Festival de Cannes ressortira le célèbre tapis rouge et soufflera ses 70 printemps ! Au programme de cette nouvelle édition :

  • Un jury d’excellence dirigé par le maître de la Movida Pedro Almodovar (venu 5 fois en compétition, jamais palmé ! même avec son excellent « Julieta »), accompagné de réalisateurs confirmés – Park Chan-Wook, Maren Ade, Paolo Sorrentino, Agnès Jaoui -, des actrices Jessica Chastain et Fan Bingbing, de l’acteur américain Will Smith et du compositeur franco-libanais Gabriel Yared.
  • Des habitués des cinéphiles : Michael Haneke, Sofia Coppola, Naomi Kawase, Andrey Zvyagintsev, Todd Haynes.
  • Des petits nouveaux : Noah Baumbach, Robin Campillo, les frères Safdie et Bong Joon-Ho. Des français : Jacques Doillon, Michel Hazanavicius, François Ozon, Arnaud Desplechin (en ouverture).
  • Un Certain Regard : le retour de Laurent Cantet qui présente L’Atelier, le dernier de Mathieu Amalric sur la chanteuse Barbara et 7 premiers films venus des quatre coins du monde.

quinzaine des réalisateurs

  • Quinzaine des réalisateurs : les films très attendus de Claire Denis, de Philippe Garrel, d’Abel Ferrara et de Bruno Dumont mais aussi des découvertes qui vont ravir les spectateurs (I am not a witch de Rungano Nyoni ou encore Mobile Homes de Vladimir de Fontenay).
  • Semaine de la Critique : composée de 1er et 2nd films dont 2 films français, 3 sud-américains (Venezuela, Chili, Brésil), 1 allemand et 1 japonais.
  • Des stars : Nicole Kidman (présente pour 4 films), Isabelle Huppert (comme d’hab’), Robert Pattinson et Kristen Stewart, mais aussi Vincent Lindon, Marion Cotillard, Joaquin Phoenix, Dianne Krüger, Tilda Swinton, Gérard Depardieu, Kirsten Dunst et le doyen Jean-Louis Trintignant.

Cannes, c’est aussi des controverses ! A cette heure-ci, nous ne pouvons pas encore anticiper quels films feront claquer les sièges des journalistes ou faire s’évanouir certains spectateurs fébriles, mais une chose est sûre, le Festival a inscrit le scandale dans son ADN. N’attendons pas le début du Festival pour ouvrir les hostilités : dès la sortie de l’affiche, qui présente une photo de Claudia Cardinale un peu retouchée, les uns ont dénoncé le règne de la jeunesse et de la perfection, les autres (le Festival et l’actrice concernée) ont démenti toutes volontés de promouvoir ces normes et ont rappelé que le cinéma est fait pour rêver !

Mais un autre sujet plus sensible (et plus sérieux) a émergé à l’occasion de la conférence de presse. Thierry Frémaux – délégué général du Festival – a sélectionné deux films Netflix en compétition : Okja de Boong Joon-Ho et The Meyerowitz Stories de Noah Bambach. Le premier est une production 100% Netflix, le second « seulement » un film distribué par la plateforme.

Pourquoi la présence du géant américain dérange-t-elle dans nos contrées ? La FNCF (Fédération Nationale des Cinémas Français) a haussé la voix en demandant ce qu’il en était de la distribution de ces deux films dans les salles françaises ? En effet, Netlfix peut sortir ses films dans les salles de cinéma et sur sa plateforme partout dans le monde… sauf en France ! Chronologie des médias oblige, un film exploité en salle ne peut sortir que 3 ans après sa sortie ! Quel intérêt pour Netlfix ? Son concurrent Amazon Prime Video respecte cette contrainte légale sur notre territoire… mais pas sûr que Netflix le fasse. Dès lors, il est plausible que la prochaine palme d’or…ne sorte pas sur les écrans français ! Depuis, Netflix a assuré chercher une solution pour sortir ces films sur une sortie limitée dans les salles en obtenant un visa temporaire délivré par le CNC. Ce dernier précise que :

« les visas temporaires valent autorisation pour des projections organisées sur le territoire d’une commune, pour une période maximale d’une semaine et pour un nombre de diffusions n’excédant pas six. »

Nouvelles habitudes de consommation (streaming) vs salles de cinéma qui font toujours plus d’entrées…c’est –entre autre – le dilemme que doit concilier une nouvelle chronologie des médias ! L’un des enjeux fort du (de la) prochain(e) ministre de la culture !

+ There are no comments

Add yours