Fashion week : Lanvin et Chloé, surprise ou déception ?


Comme chaque année, le lancement de la collection printemps-été – l’une des quatre voire six collections annuelles des créateurs français – a débuté dans la capitale de la mode.

Cette fashion week parisienne était particulièrement attendue puisqu’elle devait présenter les premières créations des D.A Olivier Lapidus pour Lanvin et Natacha Ramsay-Levi pour Chloé. Malheureusement, leurs arrivées respectives au sein de ces grandes maisons n’ont pas déchaîné autant de passions que celle de Maria Griazia Chiuri chez Dior l’an dernier… Mais pourquoi ?

Lanvin, un héritage complexe pour Olivier Lapidus…

Le départ brutal d’Alber Elbaz, qui fut directeur artistique de la marque pendant 14 ans, a marqué un tournant décisif pour la maison.

Les créations et la notoriété de Lanvin s’essoufflaient, devant assumer également les pendants d’une mauvaise gestion opérationnelle. Nœuds papillons, manches bouffantes et couleurs éclatantes : l’ère Elbaz se caractérisait par un style sophistiqué, fantaisiste et très glamour. Quant à son successeur direct, Bouchra Jarrar, l’élégance et la sobriété étaient ses maîtres mots. Un changement de style relativement radical, l’ADN de Lanvin restant en majeure partie celui d’Alber Elbaz.

(Crédits photos Vogue)

Olivier Lapidus, pourtant ex directeur artistique chez Balmain, a décidé de suivre la même voie d’élégance et de sobriété. Des coupes simples, beaucoup de noir et de drapés. Néanmoins, les matières choisies pour la collection SS18 ainsi que la précision de certaines coupes n’ont pas fait l’unanimité chez les professionnels de la couture…
Frustration également quant à la simplicité de la collection, alors que nous aurions pu imaginer des pièces ayant pour inspiration les objets connectés et les nouvelles technologies, un sujet qui semble pourtant beaucoup intéresser le nouveau D.A de la marque. Une collection dont les pièces de prêt-à-porter semblent bien plus abordables cette année… Ce choix pourrait s’expliquer par les rumeurs sur un changement de gamme. En effet, il semblerait que Lanvin souhaite devenir un « Michael Kors à la française », un pari réalisable quand on se remémore le succès de sa collaboration avec H&M… Quoi qu’il en soit, le Lanvin couture des années Elbaz semble disparaître peu à peu… Pour ce qui est des créations d’Olivier Lapidus, rien de révolutionnaire, si ce n’est l’imprimé avec le logo de la marque, qui s’inscrit dans la tendance du moment.

Natacha Ramsay dévoile une face cachée de la femme Chloé…

La maison française emblématique s’est retrouvée orpheline après que Clara Waight Keller a décidé de débuter une nouvelle aventure chez Givenchy…
Chloé c’est la romance, la bohème et le féminin avant tout et par essence. Durant ses six années en tant que D.A, Clara a excellé dans la représentation de cette définition à travers ses créations.

La nomination de Natacha Ramsay-Levi démontre la volonté de la maison d’ajouter une pointe de Rock’N’Roll à ses silhouettes tout en préservant, bien sûr, l’ADN de la marque. Ancien bras droit de Nicolas Ghesquière chez Balenciaga puis chez Louis Vuitton elle injecte plus de masculinité en son style que de féminité ou de bohème. Preuve de son talent : elle a su mixer son univers à celui de Chloé de manière si spectaculaire qu’on ne saurait trouver le mot exact pour définir ce nouveau style. Le décalage avec son prédécesseur offre une bouffée d’air frais à la marque (mais en avait-elle besoin ?). La question est désormais de savoir s’il fera le malheur ou le bonheur des « Chloé girls », mais le public couture semble déjà conquis et nous le sommes également.

+ There are no comments

Add yours