Jordane Saget joue sur les lignes – From The Street #03


« Je n’étais pas artiste, je le suis devenu ». A 35 ans, Jordane Saget n’a pas toujours eu cette pulsion créatrice. Aujourd’hui, il a pleinement investi le paysage urbain parisien et commence à s’associer avec les plus grands. 

Sans formation artistique, il l’est devenu à force de travail. Il a commencé à tracer ses fameuses lignes à l’aide d’un stylo plume, puis sur le bitume en passant à la craie. J3, son pseudo, a réalisé plus de 650 fresques à travers Paris : station Marcadet-Poissonniers, place de Fürstenberg, Bir Hakeim ou encore le long des quais de la rive droite.

jordane saget

Comme vous pouvez le voir, il détient une véritable patte graphique aisément reconnaissable. Au fil du temps, cette patte s’est affinée pour atteindre un équilibre. Chaque ligne a sa place et s’inscrit dans l’histoire racontée par Jordane Saget dans ses fresques que l’on peut qualifiées de « primitives ». Jean-Luc Hinsinger a très poétiquement décrit son travail :

« Musique répétitive, phrasés reproduits à l’envi, toujours semblables mais jamais pareils. Inlassablement les notes se jouent d’une partition non dogmatique, générant des portées qu’une ondée, une semelle ou une paume brouilleront naturellement, par inadvertance ou délibérément. »

Par son travail, J3 transforme la ville et change le regard des passants sur leur environnement quotidien comme une station de métro, collant à merveille avec la devise d’un certain Daniel Buren : « Vit et travaille in situ ». Il lui rendra d’ailleurs hommage en plaçant une de ses réalisations au pied d’une des colonnes de la cour d’honneur du Palais-Royal.

A lire aussi :  Satire saisissante du monde actuel par Pawel Kuczynksi

Jordane saget colonne buren

Jordane Saget x Le Coq Sportif

A l’occasion de l’inauguration de sa 5ème boutique à Paris, Le Coq Sportif a voulu frapper un grand coup. L’enseigne qui connait actuellement un nouveau souffle a récemment nommé Jean-Charles de Castelbajac comme directeur artistique de la nouvelle adresse parisienne. Celui qui s’est fait connaître par son approche novatrice dans la mode a invité Jordane Saget pour réaliser une « fresque à 4 mains ». L’oeuvre est toujours visible sur l’un des murs de la boutique au magasin du 121 Boulevard Saint-Germain.

Jordane Saget et Jean-Charles de Castelblajac

jordane saget coq sportif


+ There are no comments

Add yours