TOP
jpegmafia rap

JPEGMAFIA nous sert un Hip Hop radical sur « Veteran »

Rappeur originaire de Brooklyn, JPEGMAFIA sort « Veteran » : un album aux sonorités particulièrement expérimentales qui ne s’embarrasse pas des codes traditionnels du hip hop. Préparez-vous à une expérience brute et sans concession.  

JPEGMAFIA est un activiste adepte de la provocation qui s’était fait remarquer par la sortie de son EP « Darkskin Manson » suite aux manifestations contre les violences policières à Baltimore où il résidait alors. On y trouvait les titres « I Just Killed A Cop Now I’m Horny » ou encore « I Might Vote 4 Donald Trump ». Le décor est planté. Une audace que l’on retrouve sur « Veteran » où le rappeur exprime également son profond désir de liberté et d’émancipation face à notre société de consommation « I don’t care about the cars / I don’t care about your flash / I don’t care about your phone. »

« Je fais toujours de la merde bizarre. D’habitude, je le garde pour moi. Cette fois, j’enlève juste le filtre. »


Rappeur revendicateur

Le nom de l’album est directement inspiré de son histoire personnelle. JPEGMAFIA, 28 ans, a servi pendant 4 ans au sein de l’armée de l’air américaine. Une expérience où il a développé une véritable aversion pour la hiérarchie sur ses différents théâtres d’opération et une meilleure compréhension du racisme aux Etats-Unis lors d’un stationnement en Alabama (Etat du sud traditionnellement conservateur). Outre une exacerbation du « black power », il critique également une gentrification rampante, froide et industrielle sur le titre Williamsburg et le manque de racines culturelles des Etats-Unis.

Veteran est un album frénétique aussi bien sur le plan politique que musical. C’est un désordre de distorsion qui fonctionne de manière mélodique et percutante pour aboutir à une texture vraiment unique dans un univers souvent trop aseptisé. Rien n’est jamais lisse dans les prods comme dans les interventions de JPEG. Un bon exemple est le morceau Rainbow Six en collaboration avec Yung Midpack où on écoute une production totalement schizophrénique. Politisé, à la texture industrielle et novatrice, « Veteran » nous fait bien commencer l’année 2018.

Fondateur du site artjuice.net, passionné par les nouveaux médias et la culture contemporaine.