L’échange de princesses : la réalité derrière les jeux de pouvoir monarchiques


C’est avec un plaisir certain que nous sommes allés voir l’Echange de Princesses, adapté de faits historiques et du roman de Chantal Thomas, afin de renouer avec les films d’intrigues politiques sur les monarchies européennes. Nous sommes en 1721 : la Renaissance est désormais terminée, mais les temps révolutionnaires sont encore loin. Un échange se prépare entre les Royaumes de France et d’Espagne. 

Suite à la mort de Louis XIV et à la longue guerre de succession espagnole, le régent Philippe d’Orléans décide de marier sa fille à l’hériter du trône d’Espagne tandis que le jeune Louis XV épousera l’infante Anna Maria Victoria pour consolider la paix. Cette échange de Princesses nous plonge dans les jeux de pouvoir auxquels sont soumis tous les membres de la royauté, même s’ils sont seulement âgés de 4 ou 11 ans.

Au-delà des aspects géopolitiques abordés superficiellement, le film de Marc Dugain nous plonge plus en profondeur dans la psychologie des personnages. Nous faisons face à leurs doutes et leurs interrogations sur leurs destinées glorieuses. La jeunesse de Louis XV est criante et source de nombreux décalages en comparaison avec l’importance de son statut de monarque de droit divin. On le voit par exemple lorsqu’il éprouve de la peur à dormir seul ou reste soumis à l’influence des grands du royaume qui font simplement semblant de le laisser décider. L’ensemble est extrêmement fascinant.

On regrettera simplement quelques libertés prises par le réalisateur comme la volonté de vouloir diriger la fille du régent, Louise Elisabeth (Anamaria Vartolomei), à la manière d’une rebelle actuelle, lui faisant perdre regrettablement en crédibilité. Ce défaut est compensé par la très bonne prestation de ces jeunes acteurs, notamment de la stupéfiante Juliane Lepoureau dans le rôle de Maria Victoria.

échange de princesses film

Quand le visuel accompagne la parole

Au-delà de l’importance primordiale attachée à la psychologie de ses prisonniers dorés et aux dialogues, Marc Dugain a su s’entourer d’une équipe très professionnelle pour l’Echange de Princesses – Gilles Porte pour les images et Fabio Perrone aux costume- afin de nous délivrer un film foncièrement beau. Pour ne citer qu’un exemple, la mise en scène de l’échange à la frontière entre l’Espagne et la France, sur l’île aux Faisans, est une véritable claque esthétique et visuelle.

échange de princesses filmCes costumes et décors soignés nous rendent magnifiques des personnages grandiloquents ou grotesques tel que le roi Philippe V d’Espagne, incarné par Lambert Wilson, à la recherche de la rédemption suite aux atrocités qu’il a commises pendant la guerre. A voir !

Categories

+ There are no comments

Add yours