Les photos historiques de Thomas Hoepker


Quand Thomas Hoepker a fait ses débuts dans la photographie, journaux et magazines avaient assez d’argent pour envoyer leurs salariés et photographes dans le monde entier. Hoepker en a pleinement profité.

« Je me suis toujours associé à la photographie documentaire » explique cet allemand, ancien président de Magnum Photos. Si ses clichés se révèlent captivants et beaux, il préfère être connu comme un « faiseur d’images » plutôt qu’un artiste . Il explique que cela se rapproche plus de la vérité, même s’il reconnaît apprécier que les gens soient touchés par son travail.

Hoepker a passé 60 ans à développer son art, d’abord au Münchner Illustrierte puis au Kristall, et enfin au Stern Magazine. Ses photos sont exposées dans une rétrospective, Wanderlust, qui a été publié le mois dernier par teNeues.

photographie de thomas hoepker

photographie de thomas hoepker

photographie de thomas hoepker

Auparavant, il explique qu’il pouvait voyager autant qu’il le souhaitait du moment que les photos suivaient. Désormais, tout a changé dans ce petit monde très fermé. Aujourd’hui, les photographes ont rarement des missions payées à l’avance et n’ont pas le temps de s’attarder dans certains endroits. Ils doivent recueillir de l’argent ou prendre des risques financiers importants pour se lancer.

« Mais, curieusement, beaucoup de merveilleuses photos sont prises chaque jour par des gens très talentueux et leur travail peut être vu par beaucoup plus de gens grâce à Internet ».

Une des photos les plus connues de Hoepker, prise le 11 septembre 2001 (à la une de l’article), ne fut publié que des années plus tard. Elle montre plusieurs personnes discutant sur le front de mer de Brooklyn, avec en arrière-plan la fumée des tours s’élevant de Manhattan. En 2006, Frank Rich du New York Times a consacré un long article à charge sur la photo « choquante » de Hoepker.

Comment une telle catastrophe a pu se produire lors d’une si belle journée ? Comment ce groupe de jeunes pouvait rester là si détendu et apparemment épargnée par la mère de toutes les catastrophes qui se déroule en arrière-plan ? Était-ce à cause de leur mentalité ou de l’influence de la société habituée à voir des événements sanglants en cascade ? Ou était-ce juste le mensonge sournois d’un instantané, qui a ignoré les secondes avant et après la prise du cliché ? Thomas Hoepker s’est posé toutes ces questions.

Heopker était dans « un état de choc, confus, effrayé, désorienté… » ce jour-là. Bien sûr, le 11 septembre n’est pas le seul jour traumatisant qu’il ait vécu en tant que photographe. Au cours de sa vie, il a souvent eu à maintenir son sang-froid dans des situations difficiles, comme lorsqu’il a couvert la famine en Ethiopie. Ce photographe au talent hors norme a également éprouvé beaucoup de joie et d’émerveillement, comme quand il a arpenté les impressionnantes formations rocheuses l’Arizona ou les cascades romantiques de la République dominicaine. Comment ces expériences ont-elles influencé sa vision du monde ?

« Le monde est plein de bonnes et de mauvaises surprises, on le constate tous les jours », déclare Hoepker. « Il y a des choses et des situations horribles et il y a de la beauté, souvent en même temps et parfois au même endroit. Je tente simplement de voir les deux ».

photographie de thomas hoepker

photographie de thomas hoepker

photographie de thomas hoepker

photographie de thomas hoepker

thomas-hoepker-photographie-2

photographie de thomas hoepker

photographie de thomas hoepker

Categories

+ There are no comments

Add yours