Nintendo change de cap vers le mobile et le divertissement


L’acteur phare du jeu vidéo japonais change de stratégie. Face aux baisses cycliques des ventes de consoles portables et de salon, Nintendo a enfin décidé de se tourner vers les smartphones et les tablettes. Miitomo, son premier titre, sortira en Mars prochain et permettra aux joueurs de communiquer entre eux via des personnages virtuels.

On nous promet aussi des jeux tels que Mario ou Zelda. En effet, d’autres annonces et sorties  vont paraître dans le courant de l’année 2016. Ce changement de cap s’inscrit dans une stratégie plus globale du nouveau PDG Tatsumi Kimishima pour renouer avec de juteux bénéfices.

Tatsumi Kimishima Nintendo

Tatsumi Kimishima

Stabilisation et diversification

Fin octobre, Nintendo publiait ses résultats financiers pour le premier semestre de son année fiscale : un chiffre d’affaires de 1.52 milliards d’euros pour un bénéfice de 86 millions d’euros. Sur 2 ans, la firme a donc fait oublier ses pertes, notamment grâce aux ventes appréciables de la 3DS dont le parc de joueurs équipés cumule à 54 millions, tandis que la Wii U a enfin dépassé le cap des 10 millions de consoles vendues. Nintendo a également pu s’appuyer sur la sortie d’une nouvelle licence à succès, Splatoon, et la bonne exploitation de ses licences fortes : Super Mario Maker, Animal Crossing : Happy Home Designer ou encore Pokemon Super Donjon Mystère.

La stratégie de Nintendo est claire : stabiliser l’activité jeux vidéo traditionnelle en baisse cyclique tout en se lançant dans de nouveaux secteurs plus prometteurs pour l’avenir. La firme nippone doit effectuer une transition de son business model. Ainsi, Tatsumi Kimishima a annoncé sa volonté de se lancer dans le divertissement en s’appuyant sur le pouvoir d’attraction de ses licences : dessins animés, films d’animation, applications pour mobile ou encore parcs d’attraction.

Préparer l’avenir

Un marché traditionnel en baisse constante ne peut constituer un cap à suivre pour une entreprise. Nintendo se devait de trouver des alternatives, qui permettraient à l’entreprise de quadrupler ses bénéfices sur les prochaines années selon Kimishima, notamment grâce aux sorties mobiles.

Mario Nintendo

Des propos optimistes qu’il faut néanmoins tempérer. Le jeu sur smartphones et tablettes est un univers impitoyable où bien peu de productions rencontrent le succès. Même si, la force de frappe de Nintendo l’empêchera clairement de faire un flop, cela ne lui assure pas non plus les ventes d’un Angry Birds. La question de la rentabilité est également primordiale : un jeu sur 3DS ne se vend pas au même prix qu’un titre sur smartphone, d’autant plus que le modèle majoritaire pour l’instant retenu serait celui du Free to play

Son futur développement transmédia par le biais de films ou de parcs d’attraction apparaît par contre très prometteur, à la manière de ce que le français Ankama réalise depuis plusieurs années sur une cible similaire.

Categories

+ There are no comments

Add yours