On a écouté Cyborg le nouvel album de Nekfeu


Et nous n’avons pas été les seuls comme en témoignent les chiffres impressionnants des écoutes de Cyborg sur les services de streaming comme Spotify. Il faut dire que Nekfeu a réussi un très joli coup marketing en annonçant son nouvel album en plein concert à Bercy, où tous les projecteurs étaient braqués sur lui lors de ce show salué par la presse. Alors, que peut-on vous dire de Cyborg ? 

Nekfeu plante le décor dès le premier morceau de l’album avec « Humanoïde », très noir, aux paroles lourdes et engagées auxquelles chacun peut s’identifier. C’est la trame qui irriguera tout l’album. Le rappeur du 15ème arrondissement s’est clairement éloigné du style plus mainstream de certains sons de « Feu » pour un retour aux sources d’un hip-hop plus dur, accompagné par ses traditionnels acolytes : Alpha-Wann, Sneazzy, S.Pri Noir, Doum’s, le S-Crew…

« J’ai pas fait d’études, j’emmerde tes politiques, j’ai pas fait HEC

J’ai pas b’soin d’ça pour m’exprimer quand j’vois des pauvres sur la chaussée »

nekfeu cyborg

On sent un engagement politique de plus en prononcé chez Nekfeu, qui a pris des positions fortes ces dernières années sur de nombreux sujets comme pour la libération de Moussa Ibn Yacoub emprisonné au Bangladesh ou par son concert gratuit à République pendant le mouvement Nuit Debout. Il revient d’ailleurs sur les violences policières dans le morceau « Squa », particulièrement entraînant et joué pendant le concert de Bercy.

« Les flics sont déguisés en casseurs
Ça tire des flash-balls dans la tête des manifestants
Grosse patate, vas-y, pose ta plaque »

Des sujets l’énervent et Nekfeu le fait bien sentir. Il n’a jamais caché son énervement face à certains fans un peu trop connectés à son goût et le redit dans « Réalité Augmentée » où il descend en règle le numérique et dénonce ces dérives. Si vous voulez plus de mélodie et de fraîcheur, Nekketsu et Galatée devraient vous combler.

A lire aussi :  Les Black Lips : le groupe de garage revient avec “Satan’s graffiti or God’s art ?”

En finissant d’écouter Cyborg, on se dit que Nekfeu s’est réellement imposé comme un des patrons de la scène du rap français, progressant production après production, et parvenant à maintenir un rythme effréné de sorties sans rogner sur ses valeurs.

Categories

+ There are no comments

Add yours