Pierre Soulages : quand la lumière jaillit du noir


« Durant la préhistoire, l’homme est allé dans les cavernes pour peindre, c’est à dire dans le noir absolu. » L’espace extérieur ne fait que perturber son espace intérieur selon les mots de Pierre Soulages, qui a tiré une profonde inspiration de cette époque préhistorique. Ce for intérieur s’exprimera pleinement à travers le noir tout au long de sa vie artistique. 

Il s’est fait connaître par des peintures abstraites qu’il a appelées « Outrenoir ». Elle ne se base pas uniquement sur le noir, mais aussi sur la matière du noir et de son état de surface qui créent une lumière spécifique en contraste et en interaction avec le blanc. Reliefs, entailles, sillons dans la matière noire créent des jeux de lumière et de couleurs.

pierre soulages outrenoir

En 2009, le Centre Pompidou organisait la plus grande rétrospective consacrée à l’artiste. Décrit comme un des acteurs majeurs de l’abstraction et de la scène artistique française du 20ème siècle, l’exposition se consacrait aussi à l’avant Outrenoir, entre les années 40 et la fin des années 70. Les visiteurs pouvaient notamment admirer ses célèbres goudron sur verre où Soulages joue encore sur l’association des oppositions : « le goudron opaque et rugueux, le verre lisse et transparent se joignent pour mettre en lumière leurs différends ». C’était également une manière de représenter une Europe en reconstruction dans la période d’après-guerre.

goudron sur verre

Une méthode de travail originale

Pierre Soulages n’utilise pas les outils traditionnels pour peindre, mais des outils parfois atypiques comme un morceau de bois ou alors des pièces fabriquées par ses soins. C’est ce qui se passe sur la toile qui guide le choix de l’outil. En l’occurence, ce morceau de bois produisait un effet bien plus intéressant qu’un simple pinceau pour le peintre.

Quand il travaille, Pierre Soulages a besoin d’être seul et il n’accepte pas d’être dérangé par des éléments extérieurs, y compris le paysage, toujours en référence à ce travail des hommes préhistoriques, seuls dans leur caverne.

pierre soulages outrenoir

La réalité de l’oeuvre d’art est un triple rapport : la peinture, le peintre et celui qui la regarde. Pour lui, celui qui la regarde fait également partie de l’oeuvre et il faut donc interagir avec lui. C’est également une pression supplémentaire sur les épaules de l’artiste. Quand une toile ne lui plaît pas, Pierre Soulages décide de les brûler et de recommencer, parfois cela concerne jusqu’à 80% de ses productions sur une période donnée. Le reste ce sont des toiles qu’il accepte, soit un peu plus de 1550 oeuvres.

Pour constater ce jaillissement de lumière du noir, la photographie n’est pas l’alliée idéale, il faut voir physiquement les oeuvres. Vous pouvez voir de nombreuses oeuvres de Pierre Soulages au musée Fabre de Montpellier. Sentimentalement attaché à cette ville où il a fait ses études et à ce musée où il se rendait souvent, l’artiste lui a fait de nombreuses donations de ses oeuvres. A 2 heures de route se trouve le musée Pierre Soulages dans la ville de Rodez qui l’a vu naître.

pierre soulages outrenoir

pierre soulages outrenoir

pierre soulages outrenoir

pierre soulages outrenoir

Categories
Tags

1 comment

Add yours
  1. artfordplus

    Soulages, l’homme qui a dédier sa vie au noir. Seriez-vous capable de dédier tout une vie de pratique à une seule et même recherche ? ¨Peut-être aussi faut-il être porté par l’obsession ? Au delà du travail c’est vraiment ce qui m’impressionne: son attachement et son engagement (un peu comme Opalka).

+ Leave a Comment