Richard Berry Plaidoiries

« Plaidoiries » : les ténors s’invitent au Théâtre Antoine

0 Partages

Richard Berry reprend 5 célèbres plaidoiries qui ont marqué la Justice française. 1h10 intense de culture générale au Théâtre Antoine.

A la barre !

Véronique Courjault, ce nom vous dit certainement quelque chose. Souvenez-vous, il s’agit de « l’affaire des bébés congelés ». Cette mère de famille tua 3 de ses bébés entre 1999 et 2006. Me Henri Leclerc va prendre sa défense. Folie ? Déni de grossesse ? Victime ou bourreau ? La plaidoirie ne tranche pas, mais invite le jury à ne pas qualifier cette femme de monstre.

Puis on part à Bordeaux, et c’est le procès de Maurice Papon qui soulève les tabous de la collaboration pendant la seconde guerre mondiale.

Autre célèbre avocat, Paul Lombard s’opposera à la peine capitale, défendant Christian Ranucci qui sera tout de même l’un des derniers guillotinés en France.

On écoute ensuite le réquisitoire de Jean-Pierre Mignard qui prend la défense des familles de Zyed Benna et Bouna Traoré, ces deux garçons morts électrocutés alors qu’ils se cachaient dans un poste électrique pour fuir la police.

Le spectacle se termine par la plaidoirie de Gisèle Halimi qui demande le droit à l’avortement quelques années avant la loi de Simone Veil.

La première plaidoirie est de loin la plus intéressante. Parce que l’affaire n’est pas évidente. Le déni de grossesse est encore un sujet délicat de notre société. A priori coupable aux yeux du public, Véronique Courjault – ou du moins la façon dont l’avocat la présente – est une personnalité certes monstrueuse mais présentant un visage humain.

Richard Berry Plaidoiries

Berry, coupable de talent !

Le dispositif est simple : une barre pour l’avocat, sa table et sa chaise, et des écrans en fond de scène pour donner les éléments clés (photos, peines, faits…).

Tout au long des cinq plaidoiries, Richard Berry s’applique à rentrer dans sa robe, et cela lui va très bien ! Il est plus que convaincant dans son rôle d’avocat qui plaide à la fois pour/contre l’accusé, mais aussi pour une cause plus large. D’un cas particulier, l’avocat tire – avec plus ou moins d’humilité – une cause qui lui tient à coeur.

Ces grandes affaires des dernières décennies sont passionnantes, car elles sont un point de départ pour de grands changements sociaux et moraux. Même si un peu plus de détails sur les affaires aurait permis d’en apprendre davantage, ce n’est pas le propos. C’est en réalité une performance d’acteur et non un spectacle qui brille par sa mise en scène. Les élèves avocats et les fans d’affaires judiciaires sauront apprécier !

Pour découvrir le spectacle, c’est ici !

Et pour découvrir la programmation du Théâtre Antoine, c’est  !

Plaidoiries, d’après « Les Grandes Plaidoiries des Ténors du Barreau » de Matthieu Aron, mise en scène Eric Théobald avec Richard Berry. Production Jean-Marc Dumontet. Jusqu’au 25 novembre.

0 Partages