PME : s’organiser pour lutter contre la cybercriminalité


Les petites et les moyennes entreprises sont devenues des cibles de choix pour les cybercriminels. La France serait même devenue la troisième cible mondiale de ce type d’attaques, la guerre des données est bien en marche. 

Signe que la préoccupation des autorités pour ce phénomène est grande, le ministre de l’intérieur a demandé la mise en place d’un indicateur pour tester le taux de la cybercriminalité. La plupart des petites entreprises laissent en effet leur système informatique à l’abandon , déléguant juste à quelques employés le droit d’agir à leur guise.

On peut prendre l’exemple d’une entreprise de comptabilité, prise pour cible par un virus qui a crypté toutes ces données. Les criminels demandaient une rançon de 200 euros pour le décryptage, mais heureusement l’entreprise disposait de sauvegardes des ses tableurs comptables. Tous les témoignages ne rencontrent malheureusement pas cette fin heureuse.

cybersecurite-pme-lexsi

Sensibiliser et former

Pour réagir à cette situation alarmante, le ministère de l’intérieur met à disposition des guides pour sensibiliser à « l’hygiène internet ». De nouveaux services de Cloud sont également apparus, mais les PME et TPE doivent se mobiliser pour assurer au mieux leur sécurité en définissant une stratégie globale.

L’affaire Snowden a bien participé à informer les entrepreneurs mais les tarifs de cyberprotection, type Lexsi, demeurent chers et ces services ne sont utilisés que par de grands groupes. Toutefois, la formation des salariés a encore d’importantes marges de progrès devant elle et semble la meilleure piste à ce jour.

Categories

+ There are no comments

Add yours