Salvo : une manière différente d’aborder la mafia


En apprenant le thème de Salvo : la mafia sicilienne, on pouvait s’attendre à un nouveau film violent rempli de pratiques barbares et de rites familiaux unissant ces nébuleuses. Thèmes déjà très bien exploités dans des films comme Gomorra ou Le Parrain, ce qui tournerait vraisemblablement à la redite. Mais Salvo réussit à éviter efficacement cet écueil en optant pour un angle de vue très différent.

Le film commence tout d’abord par un angle plus classique avec une course-poursuite très violente dans les rues de Palerme, ponctuée de nombreux tirs et crissements de pneus pour une ambiance très gangster. On découvre ainsi que Salvo est une machine à tuer, passé expert dans l’art de l’assassinat au service de la mafia sicilienne. Un personnage peu sympathique que l’on n’aimerait pas croiser dans la rue ou encore moins provoquer.

Quelle surprise alors de voir à l’écran qu’il épargne une aveugle après avoir reçu la mission d’abattre toute la famille. Il tue bien le frère de la jeune fille, mais l’épargne elle. Aveugle, Rita ne comprend d’abord pas ce qui passe puis cède l’angoisse. Pour quelle raison Slavo ne la tue pas ? On ne sait pas exactement. Sans doute à cause du retour d’un semblant d’humanité à la vue de cette créature sans défense ou bien simplement par désir.

A lire aussi :  Gomorra le film documentaire sur la mafia napolitaine

salvo film

Une relation forte va alors se créer entre les deux protagonistes. Une relation marquée par le danger de se faire rattraper par la mafia à tout moment, Salvo ayant épargné un témoin de sa scène de crime. Une relation lourde car Slavo a tout de même assassiné son frère ! Bref, un film plein d’émotions, de moments de silences propices à de nombreuses introspections… Un film à aller voir tout simplement.

Réalisé par Fabio Grassadonia et Antonio Piazza, Salvo se démarque par la qualité de ses photographies et la maîtrise des jeux de lumière, nous plongeant davantage dans l’action. On est assez soufflé par la qualité technique du film et on voit rapidement que les deux réalisateurs maîtrisent leurs sujets. A mentionner, l’excellente prestation de Sara Serraiocco qui se démarque vraiment dans le rôle de Rita.


+ There are no comments

Add yours