Spotlight remet l’enquête journalistique à l’honneur


A l’occasion de la cérémonie des Oscars, voici le moment d’expliquer pourquoi Spotlight a obtenu la statuette du meilleur film. Comme à l’époque des Hommes du Président avec Robert Redford, Spotlight brosse le portrait d’une enquête journalistique rondement menée, mettant la profession à l’honneur, et d’un sujet de société particulièrement révoltant. Basée sur une histoire vraie, on peut y voir les investigations des journalistes du Boston Globe sur l’affaire des prêtres pédophiles au sein de l’Église Catholique.

Déclaration d’amour au journalisme

Spotlight est le nom de la cellule d’investigation du journal, qui opère en totale autarcie : ses membres ne sont pas tenus de divulguer le cours de l’enquête au reste de la rédaction. Cette sorte de « task force » est incarnée avec brio par les acteurs Michael Keaton, Mark Buffalo, Brian d’Arcy James et Rachel McAdams sous la houlette d’un nouveau rédacteur en chef mystérieux joué par Liev Schreiber. Ce dernier les pousse à s’intéresser à de vielles affaires de pédophilie concernant des prêtres, sous-estimées dans leur ampleur à ses yeux.

Spotlight film

L’avenir lui donnera raison : les journalistes vont découvrir un système organisé par la hiérarchie de l’Eglise Catholique pour protéger ces prêtres pédophiles, bien plus nombreux que ce qu’on aurait pu imaginer. Spotlight nous livre également des témoignages poignants de victimes, dont beaucoup ont sombré dans la dépression ou la drogue. A travers le récit, on en apprend plus sur les méthodes journalistiques du début du millénaire, l’organisation d’un journal ou la patience nécessaire au célèbre « fact checking ». Un sujet réellement passionnant bien retranscrit par le réalisateur Tom McCarthy, une retranscription encore plus authentique quand on sait que les acteurs ont passé beaucoup de temps à étudier le comportement des personnages originaux.

A lire aussi :  Paradise Now : Voyage au coeur de la tourmente des Palestiniens - Cinéma et Politique #03

Ce casting cinq étoiles finit donc par s’habiller en chemises informes et par manger de la junk food au bureau. Cet univers loin du glamour des tapis rouges avait d’ailleurs eu du mal à séduire les grands studios traditionnels. En manque de financement, McCarthy a néanmoins pu compter sur l’engagement des acteurs du film et des producteurs indépendants, gages de la ligne scénaristique de Spotlight. Mais, si la forme n’est pas sexy, elle est noyée et vite oubliée sous la beauté de se battre pour une cause.

Spotlight, c’est l’histoire d’un combat contre une des institutions les plus vieilles et respectées au monde, considérée comme intouchable par beaucoup. C’est aussi une démonstration de force du 4ème pouvoir quand il tend au maximum vers un idéal d’indépendance et d’objectivité, même si Spotlight n’hésite pas à montrer ses faiblesses. Les journalistes d’investigation seront d’ailleurs récompensés du prix Pulitzer, et leur découverte enclenchera une vague de révélations sans précédent à travers le monde entier.


+ There are no comments

Add yours