Test El Shaddai


Réalisé par Sawaki Takeyasu et Masato Kimura, l’un ayant participé au développement de Devil May Cry et l’autre comme directeur artistique d’Okami, El Shaddai s’annonce comme un des jeux les plus inspirés de l’année avec une réalisation artistique hors du commun.

Il en ressort les mots « bizarre », « truc », « j’aime bien ». El Shaddai est une sorte de beat’em all qui tire son scénario de la Bible, rien que ça. Vous incarnez Enoch, un être humain choisi par Dieu pour purifier les 7 anges ayant trahis le Tout Puissant. En effet, Lucifel (votre mentor) a réussi à le convaincre d’épargner la Terre d’une destruction totale alors qu’il n’était pas satisfait de la mentalité des hommes. Si vous vous demandez pour quel raison, il suffit de consulter l’ancien testament avec la construction de la Tour de Babel par exemple, les humains voulaient être au même niveau que Dieu…

El shaddai

Ce rappel historico-religieux passé, vous commencez votre quête au milieu d’un monde très épuré avec des décors d’un très grand level design, après on aime ou on n’aime pas… Néanmoins, on est obligé de reconnaître la qualité de la patte graphique des game designers avec des vues 2D pour les plateformes ou en 3D pour la grande majorité du jeu. Ce qui frappe surtout, c’est le côté complètement décalé et fou de El Shaddai Ascension of th Metatron. Ainsi Lucifel se sert d’un smartphone pour joindre Dieu, Enoch se balade en jean et vous rencontrerez de nombreuses phases de plateformes façon Mario Bros avec des espèces de capotes géantes à éviter.

A lire aussi :  Suivez la conférence Electronic Arts à l'E3 2013 en live

el shaddai

On part alors en plein délire et on se demande même si les développeurs n’ont pas réalisé leur jeu en étant complètement shooté ! Mais si le jeu ne va laisser personne indifférent au niveau des graphismes et de certains modes de jeux, le gameplay s’avère très lassant à la longue avec un découpage des différents niveaux qui se répète encore et encore. En effet, vous avancez sans réel but, sauf celui de finir la zone et d’abattre tous les monstres. Ces derniers ne sont d’ailleurs pas très variés et les combattre devient relativement lassant à la longue.

EL shaddai

Seulement, trois armes s’offrent à vous (épée, anneau et arc) mais vous pouvez aussi récupérer des armes sur les ennemis après les avoir purifiés et les massacrer grâce à leur outillage… Cependant quelques combos viendront égayer les fights comme des glissades, saut ou coup en piqué, avec des déplacements relativement fluides. Chaque arme possède ses propres capacités spéciales, ce qui permet de diversifier le jeu, et il en a bien besoin. Votre humeur peut en effet parfois virer à l’ennui après des heures à taper sur des monstres et à parcourir les différentes plateformes… Au niveau de la bande-son par contre, les musiques sont particulièrement adaptées au caractère fou de El Shaddai !

A lire aussi :  La France pour Assassin's Creed 5

Conclusion

Avec un prix très abordable et des graphismes exceptionnels, El Shaddai vaut le détour malgré des défauts au niveau du gameplay avec des combats répétitifs et une histoire qui vire à des moments au délire complet. Malgré tout, le jeu vaut le détour de par son originalité et son level design.

Categories

+ There are no comments

Add yours