Tobias Hägg : le maître de la photographie de paysages au drone


La démocratisation des drones a été une bénédiction pour le photographe suédois Tobias Hägg. Il a pu faire pleinement parler son talent en utilisant cette technologie pour réaliser de splendides clichés de paysages tout en adoptant des méthodes différentes de ses confrères

Le revers de la médaille de l’essor du drone est celui d’un embouteillage sur les prises de vues aériennes qui se sont généralisées parmi les photographes. Nous avons d’ailleurs relaté ce phénomène sur Art Juice en vous parlant des réalisations de Mr. Bo en Australie ou encore d’Andy Yeung à Hong Kong.

photographie aérienne tobias hägg

Mais, Tobias Hägg a réussi à se démarquer dans ce milieu, notamment grâce à ses prises de vues à basse altitude ainsi que par le choix de ses sujets. Et avec près de 400 000 adeptes sur Instagram ainsi que des photos publiées dans des magazines comme National Geographic, le Daily Mail et The Telegraph, il a également acquis un large public. Il expliquait récemment à un journal suédois son intérêt pour la discipline :

« J’ai toujours été fasciné par la perspective aérienne. Mais avant, vous deviez être un multimillionnaire ou travailler dans le secteur forestier afin de prendre le genre de photos, parce que vous aviez besoin d’avoir accès à un hélicoptère ou une grue. »

photographie aérienne tobias hägg

La photographie de drone permet également de débusquer des éléments introuvables par d’autres moyens. Entre autres choses, il se souvient d’une photographie aux îles Féroé où il a trouvé une cascade qu’il n’avait jamais vue auparavant, car inaccessible à pied.

L’eau est d’ailleurs un des éléments naturels qu’il aime le plus photographier pour son mouvement particulièrement visible et hypnotisant.

Ne vole pas si haut

Tobias choisit de voler entre 40 à 60 mètres de hauteur, contrairement à ses confrères qui préfèrent généralement une altitude supérieure à 120 mètres. Cette méthode est particulièrement adaptée à une diffusion sur les réseaux sociaux comme Instagram, car le spectateur peut plus facilement s’immerger dans l’image, y compris sur un petit écran. De même, il lui facilite la lecture en incluant des personnes ou des habitations afin qu’il se rende mieux compte de l’échelle utilisée.

photographie aérienne tobias hägg

Cette pratique obéit cependant à de nombreuses règles et pratiques de la photographie classique. La meilleure luminosité s’obtient par exemple au lever du soleil et il effectue un léger traitement à posteriori de ses réalisations pour y ajouter des couleurs avec des tons majoritairement vert et bleu, des contrastes et des ombres corrects ; tout en justifiant sa volonté de vouloir restituer la beauté du monde le plus fidèlement possible :

« La magnificence est quelque chose à laquelle je pense, je veux le montrer. J’ai toujours rêvé de venir dans de beaux paysages, comme l’Islande, qui me fascine. Maintenant, j’ai l’opportunité de faire tous les voyages, ceux dont je rêvais auparavant. »

Tobias Hägg utilise un DJI Phantom 4 Pro, avec caméra intégrée, vous pouvez le suivre sur son compte Instagram.

photographie aérienne tobias hägg

photographie aérienne tobias hägg

photographie aérienne tobias hägg

photographie aérienne tobias hägg

photographie aérienne tobias hägg

photographie aérienne tobias hägg

photographie aérienne tobias hägg

photographie aérienne tobias hägg

photographie aérienne tobias hägg

photographie aérienne tobias hägg

Categories

+ There are no comments

Add yours