bells and spells

« Bells and Spells », folie enchanteresse d’une cleptomane

Nouvelle collaboration réussie entre la metteuse en scène et circassienne Victoria Thierrée Chaplin et sa fille Aurélia Thierrée, comédienne aux multiples talents, dans le spectacle ‘Bells and Spells’ au Théâtre de l’Atelier jusqu’au 12 mai.

Victoria Thierrée Chaplin nous plonge pendant 1h10 dans un univers touchant teinté d’onirisme, de magie et d’humour.

Portés par la comédienne Aurélia Thierrée et son compagnon de scène Jaime Martinez, nous suivons les histoires imaginaires et rocambolesques d’une cleptomane au travers de ses trouvailles nouvellement acquises. Le tout, dans un cadre temporel et esthétique plutôt rétro et nostalgique.

Une beauté magique

Dès la première scène, le ton est donné : musique rythmée et chorégraphie accompagnent les comédiens et nous embarquent dans un univers parallèle, tout droit venu des songes de notre cleptomane. Se succèdent saynètes de vie surréalistes où les trompe-l’œil sont légion et les butins prennent vie. Les tours de passe-passe de notre habile illusionniste prête à tout pour s’enquérir d’objets chéris ou parfois futiles sont un délice pour les yeux. Quitte à écorcher leurs anciens propriétaires, les amuser ou les flouer, plus rien ne l’arrête. Les tours de magie s’enchaînent entre intermèdes musicaux, dansants et changements de décors.

bells and spells

Une scénographie complice et primordiale

La déferlante de décors au gré des péripéties de notre voleuse nous tient en haleine tout au long de la pièce. Cet enchaînement est maîtrisé parfaitement par les comédiens et le rendu est impressionnant. Non seulement l’organisation de l’espace et le rythme sont primordiaux dans cette œuvre, mais la relation qu’entretient les personnages avec les décors a aussi toute son importance et constitue la l’atout incontournable de la pièce. Les décors se transforment, les comédiens en décors et vice-versa. Il est original d’assister à une représentation où l’implication des décors est si centrale et où les comédiens arrivent avec une facilité déconcertante à les exploiter.