« La Machine de Turing », une mécanique bien pensée !

Héros maudit du XXe siècle, la pièce réhabilite le scientifique anglais Alan Turing quelques années après que la Reine Elisabeth II l’ait gracié à titre posthume.

L’Homme qui inspira Steve Jobs !

Des images de Blanche Neige ouvrent le spectacle. A la fin, la fameuse pomme rouge trempée dans le chaudron sortira de la fiction animée et sera croquée par Alan Turing.

Destin tragique d’un homme qui tenta de trouver sa place pendant 41 ans. Inadapté à son époque, le mathématicien apporta son génie à son pays – non pas en combattant noblement au front contre les Nazis – mais en décryptant le code de la machine Enigma utilisée par les ennemis.

Enfant introverti mais prodige à l’école, Alan Turing traça sa route en solitaire. Ses amis sont les chiffres. Avant de rejoindre les services secrets, Alan Turing a déjà connu le deuil. La perte de son ami Christopher pendant sa scolarité restera une plaie jamais refermée. Puis, ce qui devait faire de lui un héros de la guerre arriva, il déchiffra la code de cette fameuse machine. Aujourd’hui, des spécialistes estiment que cette découverte a réduit la Seconde Guerre Mondiale de deux ans. Ouvertement homosexuel, Alan Turing est condamné à la prison ou à la castration chimique en 1952. Il optera pour cette dernière solution avant de se donner la mort deux plus tard.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute diffusion, utilisation interdite sans autorisation de l’auteur.

Succès du off d’Avignon 2018 !

Benoît Solès, le comédien principal, porte la pièce avec brio. Sobre, drôle et touchant, son jeu épate ! Auteur également de la pièce, il aime ce personnage qu’il défend avec passion. Il ne faudrait tout de même pas oublier son acolyte Amaury de Crayencour, qui endosse tous les rôles secondaires : le sergent de police, le cryptologue ou l’amant.

A la lecture de la vie d’Alan Turing, on pourrait reprocher à la pièce d’occulter des moments clefs de sa vie lorsqu’il travailla aux États-Unis, lorsqu’il fut fiancé à une de ses collègues…

La mise en scène et la lumière donne un rythme à la pièce qui intensifie la vie d’Alan Turing. On passe d’un décor à l’autre sans changer les murs et le mobilier. Tout est fluide et au service de la trajectoire quasi-martyr du scientifique.

«  Vous est-il déjà arrivé de détenir un secret, un grand secret ? Non ?
Dans ce cas, vous ignorez combien il peut être difficile de le garder pour soi.
De toutes les choses immatérielles, le silence est l’une des plus lourde à porter.
Et justement, ma vie était remplie de secrets…
Avez-vous déjà entendu parler de l’Enigma ?
Bien sûr que non, comment le pourriez-vous ?
Alors, c’est le moment d’être bien attentif. »

Pour découvrir le spectacle, c’est ici !

« La Machine de Turing», dBenoît SOLES , mise en scène de Tristan PETITGIRARD avec Benoît SOLES et  Amaury DE CRAYENCOUR Production : Théâtre Michel, Label Compagnie, Atelier Théâtre Actuel, Acme et Fiva Production