La très bouleversante confession… ou la folie de notre monde

C’est l’histoire du soldat américain qui a tué Oussama ben Laden. Ou de de celui qui a tout inventé pour avoir une histoire à raconter. Adapté du roman d’Emmanuel ADELY, lui-même inspiré par l’interview publiée par le magazine Esquire de l’un des membres de l’opération durant cette nuit du 1er au 2 mai 2011. Le spectacle retrace le portrait de ce soldat, la traque du terroriste et le retour aux États-Unis.

À récit épique, vitesse démesurée

Ce qu’il faut d’abord féliciter, c’est le rythme effréné du spectacle. Cette vitesse, qu’elle soit dans l’élocution des comédiens ou dans les changements de décors sur le plateau, épouse le souffle du roman et de l’assaut en lui-même. La tension est palpable; nous avons l’impression de participer nous-mêmes à la traque – lorsque nous sommes aveuglés par les projecteurs sur le tarmac.

Le spectacle s’autorise des sorties de routes, s’écarte du récit pour ses à-côtés; et ces moments de pause n’en deviennent que plus forts, touchants: un soldat appelle son beau-père avant l’assaut, une épouse craint l’annonce de la mort de son mari…

Une déconstruction du mythe et de notre rapport aux images

On pourrait rapprocher la mise en scène deLa Très bouleversante Confessionà l’esthétique des spectacles de Julien Gosselin: vidéo projections et sur-titrages, effets sonores et musique à fond, répartition des moments contés entre les comédiens… Il ne s’agit pas tant d’utiliser tous les codes de ce que pourrait être une certaine forme de théâtre contemporain, mais plus simplement de mobiliser ce que sont nos outils du monde contemporain.

Smartphones et autres références aux jeux-vidéos et ses nouveaux écrans, nous renvoie à la fois à notre propre culture occidentale, à celle de l’entairtenmentdont nous abreuve les Etats-Unis, tout en interrogeant notre rapport à l’image.

A travers le récit de ce Navy Seal, qui se réjouit d’uriner dans sa gourde pendant l’assaut, il s’agit bien de déconstruire une figure du mythe américain, son absurdité. La Très bouleversante confession réussit le pari de faire un spectacle riche sur le fond autant que sur la forme, à la fois organique, drôle et politique.

La Très bouleversante confession… D’après le roman de Emmanuel ADELY, une production du collectif Nightshot, mise en scène de Clément BERTANI et Edouard BONNET.
Pour les dates de la tournée, c’est ici : https://www.collectifnightshot.com/ltbc