« L’Arche » ou le récit de Noé déjanté

C’est une comédie musicale qui n’a rien à voir avec Broadway. C’est d’après l’histoire de Noé, mais la comparaison s’arrête à peu près là. « L’Arche » est une pièce dont le sous-titre en est sa définition :  comédie, musicale, déjantée !

Oyé oyé, le navire coule !

Un metteur en scène au chômage, une star d’un télé crochet droguée-dépressive-aphone, un producteur tout sauf honnête, une bande de comédiens semi-professionnels (mais surtout semi-amateurs) : on mélange le tout ! Puis on rajoute une pincée d’épopée de Noé et son Arche, on l’assaisonne avec les thématiques actuelles du réchauffement climatique. Le plat semble prêt à être servi. Ah non ! Il faut encore rajouter de la danse, des chansons et une bonne dose d’humour !

Cette comédie burlesque dépeint des personnages incongrus qui mettent leur talent (mais surtout leur bonne volonté) en commun pour monter un spectacle avec trois francs six sous. Si l’Ancien Testament a la cote, c’est aussi parce qu’on pense à David contre Goliath : le petit metteur en scène qui reste fidèle à ses valeurs contre le producteur assoiffé de pouvoir ! Les enfants y trouveront leur compte grâce à l’humour et la bonne morale. Les adultes également, car cette bande de névrosés est une allégorie de la société et de ses blessures. Trop absorbé par notre vie de tous les jours, l’homme en oublie des problèmes bien plus graves : le réchauffement climatique. Ce n’est pas la finesse de la pièce qu’il faut louer mais sa vitalité. Tout comme l’arche, la pièce sera débordée par le déluge entraînant avec elle un monde nouveau, un espoir.

Urgence cataclysmique

Rythme effréné et joyeux troupeau ! Les comédiens s’en donnent à coeur joie dans un décor d’un théâtre au bord de la faillite soumis aux intempéries du réchauffement climatique. Comme dit en introduction, il ne faut pas s’attendre une super production de Broadway avec de magnifiques costumes et décors. Peu importe. L’énergie positive de la troupe suffit à entraîner le public dans leurs péripéties. Cette parabole écologique part en vrille – se perd parfois – et finalement gagne le coeur des spectateurs !

Pour découvrir le spectacle, c’est ici !

« L’Arche – Comédie Musicale Déjantée», mise en scène Suzanne Legrand, Victor Lockwood et Olivier Denizet. 

Avec Olivier Denizet en alternance avec Victor Lockwood (Arnaud), Louise Larret (Jennifer), Suzanne Legrand (Léa), Quentin Morant (Vladimir), Sofia Naït (Noémie), Daniel Njo Lobé(Baptiste), Jonathan Pinto-Rocha en alternance avec Arnaud Saint-Père (Richard), Zacharie Saal (Rocca), Isabelle Turschwell en alternance avec Virginie Bracq (Sarah), Paul Vignes(Hakim).

Musique Arthur Gueyffier et Suzanne Legrand, Arrangements Mehdi Bourayou, Costumes et accessoires Emmanuelle Julliard, Décors Sévil Grégory, Lumières Thierry Guisti, Chorégraphie Judith Chancel
 
Production Iris Créations, avec le soutien d’Emmaüs. Spectacle créé en collaboration avec Le Théâtre 13 / Paris.