iran gohar dashti

Gohar Dashti : quand la nature reprend ses droits en Iran

Gohar Dashit a vu son enfance gangrénée par la guerre Iran-Irak et ses conséquences funestes sur le pays. Plus de 8 ans de conflit et plus d’un million de morts vont en effet laisser les deux pays profondément meurtris. La photographe iranienne résidant à Téhéran en dresse le portrait à sa manière : des maisons et appartements abandonnés de toute humanité où la nature reprend ses droits. 

Tous ces lieux abandonnés se trouvent en Iran et appartenaient autrefois à des personnes ayant émigré pour des raisons politiques, militaires ou économiques. Dénués d’identité, ils n’ont plus les caractéristiques d’un foyer : le confort et la sécurité sont remplacés par la nature. Les plantes envahissent tout, se faufilant dans les cages d’escaliers et surgissant à travers les fissures du plancher, conquérant et revendiquant les maisons comme étant les leurs.

iran gohar dashti

En raison d’une exécution scénographique méticuleuse, il n’est peut-être pas immédiatement évident que ces clichés soient effectivement mis en scène. La série pousse le spectateur à réfléchir sur la place de l’homme dans notre monde en le dépeignant comme transitoire, qui est plus quand il participe activement à sa propre destruction, tandis que la nature est bien éternelle.

iran gohar dashti

iran gohar dashti

iran gohar dashti

iran gohar dashti

iran gohar dashti

iran gohar dashti

Fondateur du site artjuice.net, passionné par les nouveaux médias et la culture contemporaine.