L’ovni Grems fait son retour avec l’EP Green Pisse


Toujours en-dehors du game, Grems avait mis en pause sa carrière de rappeur en 2013, après la sortie de trois projets solos. Car l’artiste peut se le permettre : il est totalement indépendant financièrement grâce à son activité de designer (où il utilise parfois son vrai nom Michaël Eveno). Diplômé de l’école des beaux-arts de Bordeaux , c’est une activité dans laquelle il excelle en exposant à travers le monde : « au Lazy Dog de Paris, au Laboratori Arte Alameda à Mexico, à la Parcour Gallery à Pekin, au Stolen Space de Londres »… Il a travaillé avec des marques prestigieuses telles que Nike, Artoyz, Ascics, la RATP, Oxbow ou Sixpack ; même s’il n’oublie pas de toujours garder un pied dans la rue par ses graffs. Pour en savoir plus sur l’aspect multidisciplinaire de cet artiste, vous pouvez lire cet article d’Urban Culture.

grems graff

Le MC est revenu avec un rap plus engagé que par le passé, notamment sur les questions environnementales qui le taraudent. On retrouve cette posture sur le morceau 02 Mars.

« Ma descendance n’aura plus d’air à 30 ans (…) J’ai fait le tour du monde et je l’ai vu ignoble »

Grems se caractérise aussi par son aversion des grands médias, accusés de profiter de la création de contenus des artistes pour se faire du cash, alors qu’eux mêmes ne produisent rien. On espère juste ne pas finir dans le même sac ! Au-delà de l’aspect médiatique (nous avions d’ailleurs parlé de la concentration médiatique sur le web), Grems n’a pas changé et préfère toujours défendre le faible que le dominant.

A lire aussi :  Remix de Random Access Memories par Nicolas Jaar

Ecouter du Grems, c’est aussi entendre un ras-le-bol envers le monde du rap, jugé vide de sens et abêtissant, les téléphones cellulaires devenus de véritables cerveaux externes, la bourgeoisie bling-bling de la côté d’azur… Une bonne dose contestataire intelligemment maniée qui fait du bien dans un univers rap aux relents aseptisés. D’autant plus que Grems pose le tout sur un style atypique : le Deepkho. Celui-ci mélange rap, house, broken beat importé d’Angleterre et techno.

Et puisque Grems est vraiment un artiste sympa il nous offre Freen Pisse, un EP gratuit disponible sur son site internet, sorti en parallèle de l’EP payant Green Pisse disponible sur iTunes. Chaque EP partage des sons en commun et 6 titres inédits, bonne écoute !

Categories

+ There are no comments

Add yours