Point Némo Théâtre

« Point Némo » entre dans les abysses du cinéma et du théâtre

104 Partages

Le collectif La Comète! (J. Frenkel et C. Castro) présente au théâtre du Monfort sa deuxième pièce, Point Némo. La musique est signée Flavien Berger, pour qui ils avaient déjà réalisé en « métacinéma » le clip Bleu Sous Marin (2015). Projeter des films en même temps qu’ils sont tournés (ou inversement), tel est le dispositif qui irrigue toutes leurs créations.

La scène de théâtre prend la forme d’un cube dont les parois sont recouvertes de toiles de fond vert, celles-là mêmes utilisées pour produire des effets spéciaux dans les films à grand budget. Le public entrevoit les acteurs depuis un filet tendu en avant-scène.

Capitaine : c’est quoi l’histoire aujourd’hui ?

« Flash flash double flash flash » Capitaine, vous me recevez? C’est l’histoire d’une femme enceinte qui attend son mari pour partir en Italie, mais il ne viendra jamais et elle accouchera seule. Comment ça, elle est déprimante mon histoire, et je devrais en faire un film? « Flash flash double flash flash, à vous les studios ».

Julien et Thibault sont des frères jumeaux, ils ont 30 ans et sont nés un 3 mars à 23h59 dans la chambre 237 de la maternité. Aujourd’hui, ils se retrouvent dans une autre chambre de l’hôpital, au chevet de leur mère qui souffre de démences séniles, silencieuse, alitée, mourante.

Julien est resté s’occuper de sa mère dès qu’il a pris connaissance de sa maladie; Thibault a préféré mener sa vie à San Francisco où il a une femme et des enfants. Que reste-il de leur enfance, alors que leur mère s’éteint devant eux? Parce qu’elle non plus, comme le billet d’avion de Thibault pour retourner aux Etats-Unis, elle n’est pas « échangeable ni remboursable ».

Alors, ils se souviennent de leur enfance, joyeuse, avec leurs rêves de renard (il s’appelle Foxxy), leurs émissions de radio, leurs excitations… Progressivement, leur mère va se réveiller et les rejoindre sur scène et dans leur souvenirs: elle a 30 ans, elle est enceinte, et attend son mari pour partir en Italie.

Métacinéma et superpouvoirs

Dans un premier temps, avec cette toile tendue isolant les comédiens et les spectateurs, on pouvait se croire dans un dispositif bis de La Ménagerie de verre (mise en scène de D. Jeanneteau au printemps 2016 à la Colline). Puis, un rideau sur lequel vient se projeter des films se superpose à la scène, avec lesquels les comédiens ont des altercations – comme dans La Loi du Marcheur (la création de N. Bouchaud dans laquelle il convoque les entretiens de S. Daney).

Et enfin, on assiste à la véritable surprise de ce spectacle, son coup de théâtre: les draps qui confinaient la salle et lui donnait des allures de cocon maternel se révèlent être des fonds verts. Un caméraman arrive et filme les comédiens en train de jouer (et mélanger) présent et souvenirs. Alors que le plateau est nu, l’écran projette la performance des comédiens en direct, à laquelle se greffe des effets spéciaux pour figurer les décors (leur maison d’enfance, le port sur lequel leur mère attend le bateau pour l’Italie, les rues d’une nuit déserte…). Cette idée de mise en scène se révèle d’autant plus pertinente ici où il est question de se souvenir, et dont on ne sait jamais trop bien à quel point notre mémoire enregistre le réel, l’efface ou le fantasme (contrairement à la caméra, qui elle enregistre en flux continu).

On ne vous divulgâchera pas la fin ici, mais ce dispositif trouve encore une transcendance lors de la scène finale dans une incroyable distorsion du temps et de l’espace. « Pourquoi personne vient nous voir? » s’inquiètent les frères dans la chambre de l’hôpital. Qu’ils se rassurent, la salle du Monfort était comble le soir de la représentation, et on leur souhaite un bel avenir.

Pour découvrir le spectacle, c’est ici:
Point Némo mise en scène par Jeanne Frenkel et Cosme Castro avec Thibaut Evrard, Julien Campani et Julia Faure, production La Comète!. Jusqu’au 17 Novembre 2018 au Théâtre du Monfort.

104 Partages