Travailler dans les jeux vidéo en France


Affaibli par la concurrence internationale, le jeu vidéo made in France a vu de nombreux acteurs tomber comme Nobilis ou Mindscape, tandis que d’autres délocalisaient comme Ubisoft avec ses studios de Montréal et de Shangaï. Pourtant, le jeu vidéo français pèse encore pour des dizaines de milliers d’emplois, directement ou indirectement, et offrent des débouchés attirant toujours autant les jeunes pousses.

Il faut tout d’abord délimiter les différents domaines d’activité : les développeurs, les éditeurs, les grossistes et les revendeurs. Un jeu vidéo, cela passe en premier lieu par la phase de développement. Il existe sur le territoire national de nombreux petits studios, principalement en région parisienne et dans les Bouches-du-Rhône, comme Eugen System ou encore Cyanide qui constituent un bon vivier d’emploi pour les développeurs de tout poil.

Un secteur toujours dynamique

Evidemment, Ubisoft demeure le premier employeur du jeu vidéo en France avec sa position enviable de 3ème éditeur/développeur au monde. L’autre éditeur indépendant majeur, c’est Focus Home Interactive qui continue toujours de se développer à l’international, notamment grâce au digital ; vous pouvez d’ailleurs consulter notre dossier sur Focus. Des acteurs intermédiaires qui produisent une grosse production tous les un ou deux ans sont aussi au premier plan tel Quantic Dream (Heavy Rain, Beyond Two Souls) ou Dontnod (Remember Me). Enfin dans le domaine du développement et de l’édition en ligne, on ne peut pas ne pas parler d’Ankama et de sa machine de guerre Dofus qui compte des millions d’abonnés à travers le monde.

dontnod-rememberme

Remember Me de Dontnod

Les autre gros employeurs, ce sont évidemment tous les revendeurs, que ce soit les grands magasins (FNAC, Boulanger, Cultura), les grandes surfaces alimentaires (Auchan, Carrefour, Leclerc, etc.) ou les boutiques spécialisées (Micromania, Jeux Video And Co, indépendants). Enfin, le dernier vivier important d’emplois, ce sont les grossistes qui fournissent les revendeurs ne possédant pas de circuits de distribution propres. On peut citer Innelec Multimedia qui est largement leader sur le marché.

A lire aussi :  Dragon Age Inquisition : le retour à l'âge d'or pour Bioware ?

D’autres segments du secteur des jeux vidéo embauchent également mais ils sont plus marginalisés, comme la presse vidéoludique ou les fabricants d’accessoires. Ces derniers sont peu présents en France, à part Konix et Guillemot, et ils délocalisent toute leur production dans les pays à bas coût comme la Chine ou le Vietnam. Il faut aussi avoir à l’esprit que les jeux sur smartphones et tablettes connaissent un très fort développement, en France Bulkypix a réussi à tirer son épingle du jeu.

dofus-2.0

Dofus, le jeu en ligne massivement multijoueurs d’Ankama Studios, les développeurs de Roubaix

La formation

Pour accéder à ses métiers, la palette de formations est très large : de l’école au commerce au BTS vente vous avez toute vos chances. Sauf en ce qui concerne les studios de développement, bien entendu, qui recherchent des gens possédant de solide capacité technique. Des cursus spécialisés existent dans des écoles d’informatiques voire même quelques écoles spécialisées sur ce média. Des études de graphistes sont également très demandées. Pour tous ces cursus, on peut citer Supinfogame, LISAA, ENJMIN, etc. Bref, si vous souhaitez travailler dans le milieu des jeux vidéo, il existe toujours des opportunités !

Categories

+ There are no comments

Add yours